MESSAGE DE FARIDA AARRASS sur la situation actuelle de son frère ALI.



Salam (Paix) à tous et toutes,

Je suis Farida la soeur de Ali Aarrass, belgo-marocain en détention arbitraire en Espagne, Algeciras, dans le centre pénitencier de Botafuegos, depuis plus de deux ans, il fut arrêté le 1er avril 2008.
Tout d'abord je tenais à remercier très chaleureusement et infiniment, toutes les personnes signataires de l'appel lancé pour sa libération, ainsi que pour stopper son extradition vers la torture. Vous ne pouvez imaginer à quel point votre soutien, apporte un réconfort à toute la famille mais surtout à Ali.
Le plus dur dans cette épreuve est de découvrir qu'il y a des personnes qui non seulement préfèrent ignorer mais qui en plus n'hésitent pas à condamner l'innocent sans chercher à connaître la vérité. Il y en a encore d'autres qui n'hésitent point à vous retourner le couteau dans la plaie, en tenant des propos dont ils ignorent la profondeur du mal causé. Certains disent : "Il n'y a pas de fumée sans feu", je leur réponds : "Il faut s'assurer qu'il y a de la fumée quelque part avant de crier au feu".

Dans le cas de mon frère, il n’y a même pas eu de jugement, car il n’existe aucune preuve contre lui. Pour votre soutien et votre confiance, je tiens absolument à vous remercier, car grâce à vous on se sent moins seuls à vivre cette si mauvaise expérience.
Lors du transfert de Ali à Madrid, où il était censé être auditionné et avoir droit à une décision claire de la part des juges, on lui demanda tout juste de signer son consentement à rester encore deux ans en prison. Ali a répondu à cette requête en disant :"Cela fait deux ans que je croupis dans une prison, en isolation comme un criminel, alors que je n'ai rien fait pour mériter cela, et vous avez le culot de me demander de signer pour y rester encore deux ans?!" bien entendu il refusa.
Le Tribunal Constitutionnel chargé de prendre une décision, finit par ajouter d'office les deux années supplémentaires, sans aucune écoute, et toujours sans aucun jugement. D'ailleurs comment auraient il pu faire autrement, puisqu'ils n'ont aucune charge contre lui? Pas étonnant. Son avocat s'est exprimé lors d'une récente conférence de presse en Espagne, il mentionnait qu'il n'y a plus lieu de croire à une Justice espagnole, vu que sans jugement les ministres de justice ont pris la ferme décision, de maintenir en détention mon frère et cela pour encore deux années. Actuellement et pour la deuxième fois depuis le début de sa détention, Ali a été transféré du centre pénitencier de Madrid, vers le centre pénitencier de Botafuegos, toujours à Algeciras. J'envoie régulièrement des mails à ma belle soeur, épouse de Ali, pour la tenir au courant des démarches que nous tentons d'ici, entre autre du nombre des signataires qui s'ajoutent à l'appel. Lorsque Ali lui téléphone, Elle lui raconte ce qu'on fait pour tenter de le sortir de là et ça l'encourage énormément. Comme la justice espagnole refuse de le libérer, Ali a repris une grève de la faim qu’il a commencée le vendredi 30 avril 2010. L'année dernière, il avait également entrepris une grève de la faim qui dura 2 mois, il avait perdu 35 kilos. Il fut extrêmement fragilisé, mais durant cette grève des mouvements de pression pour éviter l’extradition furent crées. On pense même que ce fut probablement son état de santé qui empêcha son extradition vers le Maroc. Ali est très courageux, même s'il est d'une très grande sensibilité. Ce n'est pas une petite nature, il ne se plaint jamais, au contraire, malgré ce qu'il endure il s'inquiète toujours pour les autres. Lorsqu'il entreprend quelque chose il s'y tient car il le fait après y avoir mûrement réfléchi, il nous demande de bien vouloir le soutenir encore et d'insister auprès des instances belges pour qu'ils interviennent. Il refuse de croire que la Belgique puisse l'ignorer, qu'elle ne veuille rien tenter, ni politiquement ni diplomatiquement.
Quant à moi je vous demande de bien vouloir rédiger et adresser un courrier au ministre de la justice, mais aussi au ministre des affaires étrangères. Aussi à toutes organisations travaillant pour les droits de l’homme, à tous les médias possibles…. Leur mentionner qu'il s'agit d'un ressortissant belge, qui a toujours eu un comportement irréprochable, casier judiciaire vierge. Des personnes l'ayant connu sont prêts à en témoigner. Insistons auprès des politiques car plus aucun ressortissant belgo-marocain ne pourrait plus se sentir en sécurité nulle part. Quand on voit avec combien de facilité on les ignore lorsqu'ils sont juste soupçonnés !
Ali Aarrass est innocent, c’est un citoyen belge, il a droit à un jugement équitable et à un soutien de la part des autorités belges, au même titre que n’importe quel autre belge qui se nommerait Paul ou Marc.
Il faut faire cesser les différents traitements !
Farida Aarrass, sa sœur.


Liste de signataires de l'appel pour la libération d'Ali Aarras 25 avril 2010

Luk Vervaet, 'Prison Monitor'- Assoc des Familles et Ami(e)s des Prisonniers, Vereniging van families en vrienden van gevangenen;

Violette Daguerre, présidente de la Commission arabe des Droits Humains;

Farida Aarrass, la soeur du détenu, zuster van de gevangene;

Michèle Save, présidente de la Fédération Internationale pour le Développement, la Paix et la Solidarité;

Cristina Gay, Une Autre Gauche;

Eric Hulsens, professeur en communication et journalisme;

Fidia Bouganzir, bediende, employée;

Ginette Bauwens, filosofe, philosophe;

Souhail Chichah, économiste, ULB;

Nordine Saïdi, porte-parole Egalité, Mouvement Citoyen Palestine;

Tamimount Essaïdi, échevine de la Solidarité de la Commune de Schaerbeek;

Aurélie Verheylesonne, avocat;

Céline Caudron, porte-parole LCR-SAP;

Dounia Alamat, avocat;

Olivia Zemor, présidente europalestine Paris;

Daniel Vanhove, Observateur civil & auteur;

Nadia Boumazzoughe, citoyenne engagée Belgo-Marocaine;

Aude Boesmans, membre du CLEA;

Fouad Ahidar, parlementaire buxellois et conseiller communale;

Mireille Péromet, enseignante retraitée;

Bahar Kimyongür, ex-détenu politique belgo-turc;

Chris Den Hond, journaliste;

Lirije Hajdinaj, citoyenne militante;

R. Belliraj, épouse d'Abdelkader Belliraj;

Paul-Emile Dupret, juriste au Parlement européen, groupe GUE/NGL

Patrick Mac Manus, porte-parole Rebellion/Denmark;

Frank Roels, prof emer. Ghent University;

Michel Collon, écrivain et journaliste;

Manuel Lambert, conseiller juridique Ligue des droits de l’Homme;

Julie Kesteloot, citoyenne belge;

Mouedden Mohsin, acteur associatif;

Denise Comanne, administratrice déléguée du CADTM (Comité pour l'Annulation de la Dette du Tiers Monde) Belgique;

Pierre Reynaert , fonctionnaire;

Yacob Mahi, Islamologue;

Walter Bauwens, gepensioneerd;

Jan Dreezen , Coodination Boycott Israel COBI;

Denise Vindevogel, cinéaste;

Houria Bouteldja, porte-parole du PIR, France;

Herman De Ley, prof.ém. Univ. Gent;

Lydia Deveen - De Pauw, em.prof., voormalig staatssecretaris-senatrice; ancienne secrétaire d'état et sénatrice;

Daniel Dekkers, citoyen belge;

Hamsi Boubeker, artiste polyvalent;

Nadia Fadil, sociologe, KUL;

Omer Mommaerts, militant ACV-CSC Brussel;

Vinciane Cappelle , employée et militante;

Sarie Abdeslam, La revue de presse hebdomadaire Dounia News

Jean Bricmont, physicien;

Karim Hassoun, président Ligue Arabe Européenne (AEL) Belgique;

Malika Hamidi, doctorante Paris;

Van Opstal Aurore, étudiante en sciences politiques et membre d'Investig'Action;

Ludo De Brabander, stafmedewerker Vrede vzw;

Annie Goossens , traductrice retraitée;

Driss Buzzamaz, ingénieur;

Nadia Farkh, citoyenne engagée;

Ahmed Ouartassi, échevin des Sports, Affaires Sociales et Extrascolaire;

Omar Jabary Salamanca, universiteit Gent

Abdellah Boudami, étudiant en science politique,membre du collectif Investig’Action;

Nathalie Preudhomme, enseignante;

Fatima-Zohra Hdidouan, comptable;

Olivier Mukuna, journaliste et écrivain;

Dominique Waroquiez, enseignante et militante;

Franck Dozet, en recherche d'emploi;

Karima El Mouzghibati, juriste;

Yamina Bounir, acteur associatif et citoyenne Belgo-Marocaine;

Fouad Lahssaini, député fédéral Groupe Ecolo-Groen !;

Hugues Michenaud, sans profession;

Jean Flinker, membre d'Attac-Bruxelles et du CLEA;

Joris Note, schrijver/écrivain;

Claude Zylmans, libraire-conseil ( Bruxelles);

Mona Daumal, formatrice en langues (France);

Jan Busselen, PVDA;

Faouzia Bensalem, journaliste;

Joaquim Da Fronseca, citoyen;

Lieven De Cauter, filosoof, schrijver en kunsthistoricus;

Ouardia Derriche, ex vice-présidente de la ligue des droits de l'homme;

Nadine Rosa-Rosso, enseignante;

Anja Hermans, journaliste/activiste;

Léon Gosselain,conseiller communal honoraire à Ath;

Riduan El Afaki, acteur associatif engagé;

Pierre Ergo, journaliste, écrivain;

Anthony Ertveldt, représentant des accidentées de la route ( 6°em Sens);

Isabelle Praet, étudiante en sociologie ULB;

Fouzi Hajji, acteur associatif;

Mariam Maouane, étudiante;

Zahraa Nasr, militante pour les droits humains;

Janine Borel, pensionnée;

Comité de lutte contre la barbarie et l'arbitraire : pour la défense des prisonniers d'opinion;

Daniel Deriot, travailleur social, citoyen engagé pour les droits de l'homme;

Catherine Charles, présidente de l'ARPPI (association pour le respect des proches de personnes incarcérées);

Sarah Vaux, assistante administrative, Bruxelles

Ahmed Mouhssin, député au Parlement régional bruxellois;

Mohamed Nasser, customer agent;

Karim Majoros, auteur du blog " A gauche dans les faits ";

Mohamed el jihl, travailleur indépendant;

Jean-Marie Dermagne, avocat, ancien bâtonnier;

Ann Alexander, SACC (Scotland Against Criminalising Communities);

Maurice Frank, tree conservation hand, Scotland;

Rudi Laermans, professor sociologie, KULeuven;

Gie van den Berghe, ethicus, gastprofessor Universiteit Gent;

Leen De Backer, M HKA;

Ludo Abicht, Universiteit Gent;

Rik Pinxten, gewoon hoogleraar Universiteit Gent;

Dominique Vermeiren citoyen;
Errazi Mohammed, conseiller communal de police ;
Khadija Lazaar, employee, Bruxelles;
Chair Sanaa, fonctionnaire;
Hanane Houllich, étudiante en science politique ULB;
Salwa othman, medecin, Belgium;
Asmae El Hadifi, comptable;
Laurence Taca, Groupe Proche-Orient Sante, Communication ;
Ann Meskens, filosofe;
Philippe de henau, ingénieur civil em.;

Commentaires